Retour vers le Futur

Las d'entendre autour de moi bruits, grincements et chuchotements concernant le poids des ULMs, j'ai eu envie de savoir ce qu'ils (les ULMs) allaient devenir dans les décennies à venir.

Alors je me suis scotché à ma planche à dessin et, après un grand nombre de calculs très savants dont moi seul ai le secret, j'ai inventé puis construit une machine à voyager dans l'espace-temps !  si ! si ! Le plus dur aura été pour moi d'arriver à voyager en ligne droite à l'intérieur alors que l'espace-temps, lui, est courbe comme tous les pilotes le savent.

d'ailleurs, voici ma géniale invention :ren_porte1

Je me suis permis de la baptiser :"Porte des Étoiles".

Un peu pompeux, je sais, mais approprié.

Bluffés, hein ?

Puis je me suis adressé à mon fidèle ULM, Sobek, en ces termes :

- Mon cher Sobek, j'ai une mission de la plus haute importance à te confier.

Sobek, habitué à recevoir des demandes pour des missions toujours "importantes, urgentes, etc..." (voir les rubriques balades et voyages), continua de vaquer à ses occupations, en l'occurence le cirage de ses carénage de roues.

- Arrête, Sobek, c'est sérieux !

- Vas-y, j't'écoute, me fit-il comprendre en plissant les pales de sa bipale.20050728_211227731042e8a4b92853d

- Alors voilà, j'ai besoin de toi pour...pour... pour une mission impossible !>>

      Sous la surprise de cette demande inhabituelle, Sobek écarquilla en grand ses ouvertures de capot et laissa tomber sur le ciment la peau de chamois qu'il m'avait encore piquée dans mon armoire.

       Mes lèvres collées à sa verrière, je lui chuchotais alors la mission impossible pour que les autres ULMs du hangar n'entendent pas et, à ma grande joie, après une très courte réflexion pendant laquelle je retenais mon souffle, Sobek me fit comprendre que, malgré le danger mortel de cette mission, il l'acceptait.

       Je reconnaissais bien là mon brave Sobek ! ô si j'avais pu, je lui aurais offert sur le champ un transpondeur mode S de joie !

      Mais à présent, permettez-moi, amis visiteurs, de laisser Sobek vous raconter et, surtout, vous montrer ce qu'il a vu et rapporté du FUTUR !

- Alors voilà, après avoir franchi courageusement ce que mon père appelle "la porte des Étoiles", je me suis retrouvé non pas sur une autre planète, mai...

- C'est grâce à mes calculs !

pict80b

- Est-ce que je te coupe la parole quand tu craches un semblant de phraséologie dans ton micro ? non ? Alors merci de ne plus m'interrompre, d'accord, papa ? Donc, je disais...je me suis retrouvé sur notre chère planète, mais en...2080 !!!!

Un bon de 100 ans dans le futur ! Et devinez, oui, devinez où j'ai atterri...

avions_en_papiersEn plein fête de l'ULM ! Parfaitement, en pleine fête ! Vos descendants fêtaient les 100 ans du premier vol ULM !

Pas ça, je plaisante !

c'est ceux que vous connaissez aujourd'hui :quicksilver

Il y avait même un stand où ils exposaient ce qui, pour eux, étaient des ULMs de première génération et qu'ils avaient sortis pour la circonstance du musée européen de l'ULM:

blois_2004_032

.

Des cousins à moi ! Rangés dans la rubrique "ULMs de Légende" ! ! et qu'ils ne font voler que très rarement à cause de leurs vieux Rotax primaires, principalement à La Ferté Alais.

    et sous un grand chapiteau  rosnyenacrbouju   il y avait une beuverie dont seuls les pilotes d'ULM ont le secret !

         A des nautiques à la ronde on pouvait entendre leurs chants guerriers du genre << C'eeeest ààà Bloaaaa que nooouuus iiiroonnns...>> ou d'autres guère mieux, comme le "chant du départ" : <<Pooose tees deeeuux pieeeds eeennn caaanard,... c'eeest l'UUULM qui redécollle ...>>

           Mais je suppose que vous connaissez par coeur les paroles, amis pilotes !

          Alors voici ce que j'ai découvert et que vous ne connaissez pas ! En inventant hier l'ULM, vous ne saviez pas que dans les décennies à venir, il évolura comme suit : (tenez-vous bien aux haubans !)

          D'abord, dans les années "10" (2000 à 2010), suite aux demandes répétées de certains pilotes et constructeurs, la F-DGACE (Direct. Gale de l'Aviation Civile Européenne, avec F devant pour la section "France") accorda une augmentation de masse maxi au décollage, la portant à 600 kg. Aussitôt l'on vit des ULMs mieux adaptés aux besoins de chacun, comme celui-cisocata_tb21_300,

train rentrant, instrumentation hyper-complète avec GPS certifié, réservoir de 200 litres pour les voyages, et la possibilité d'embarquer, outre 130 kg de bagages... deux enfants à l'arrière !

       Une véritable révolution qui attira un nombre incroyable de pilotes "avion", portant le nombre d'inscrits à la FFPLUM à 36000 pilotes rien que pour l'année 2012 !

       Puis, dans les années "30", les ULMistes se mirent à réclamer une masse supérieure pour pouvoir embarquer à l'arrière non pas deux enfants, mais deux adultes. Il faut dire à leur décharge que tous les ULMistes non pas tous des enfants, mais que tous ont des copains et des copines.

       Soucieuse de suivre le mouvement ULM et de s'adapter aux besoins des pilotes, car elle est avant tout un service "européen-publique", la F-DGACE accorda aux ULMs une masse maxi de ...2200 kgs à fin de ne pas les entendre rouspéter dans les vingt ans à venir.

       beech_baron58_h

        Et dès le Salon d'Orly 2033 (ex-salon de Blois, déménagé pour de futils problèmes de piste encore en herbe), on vit apparaître de magnifiques 3 axes pouvant emporter jusqu'à 5 passagers...adultes ! avec leurs bagages.

       Celui ci-contre date exactement de 2035, année où les premiers ULM bi-turbo propulseurs firent leur apparition.

       Bien entendu, l'évolution des appareils, bien que de plus en plus performants et confortables n'évita pas à certains de petits incidents, dûs en grande partie aux fameux "facteurs humains"capt.italy_air_crash_rie101.

A droite, un bel exemple d'oubli de mise des freins lors du démarrage du Rotax 936 au lanceur manuel (seuls les modèles 982 ul et 984 uls sont équipés de démarreurs électro-luminescent-informatisés)

Il y eu aussi, dans les années "50", la sortie, après de longs palabres avec les DGACE européennes, d'un ULM légèrement plus gros, qui allait enfin permettre à des pilotes de créer une petite compagnie de transport local plus sérieuse en emport qu'avec le parc vieillissant des Mini-explorers:blois_2004_009

Ce furent les fameux DC3 (dits "Dakotas)deltaairlinesdc3

DC voulant dire : <<Double Commande>> et 3 parce qu'ils pouvaient enfin embarquer une hôtesse de l'air.

Bien entendu, les moteurs étant sujets à de nombreuses pannes au décollage, certains allèrent déchirer les barbelés en bout de leur aéroport ULM :

dc_3La F-DGACE voulu alors réglementer le mouvement ULM, voire certifier les multiaxes devenus rapides, et qui avaient déjà tellement concurrencé l'aviation de loisir et celle commerciale que toutes deux avaient totalement disparues...

Mais la FFPLUM tint bon. Elle insista pour dire que la visite médicale obligatoire suffisait, et qu'il n'y avait pas à imposer une licence ULM-IFR, que cela allait à contre courant de la volonté de liberté des pilotes ULM.

Alors la F-DGACE, toujours soucieuse de sa vocation de suivre l'évolution de la technologie et des hommes, accepta d'immatriculer de nouveaux ULMs, garantis plus sûrs par le lobby des constructeurs.

Et l'on vit apparaître, lors du Salon de Roissy-Charles-De-Gaulle (Orly étant devenu à son tour trop exiguë) de 2057 de magnifiques multiaxes, fruits de l'évolution permanente du mouvement ULM:

aeb5d_ls Un long courrier d'abord, puis encore un plus long courrier :

Deux appareils venus d'Europe de l'est (comme la plupart dans le futur)dsc_0469_20l_1049g_20super_20constellation_20n6937c_20left_20front_20landing_20l

aviation_engine_airbusMais les pannes moteurs en rase campagne et au décollage étant toujours aussi nombreuses qu'au XXème siècle, sous la pression des assurances, Rotax sorti enfin un moteur révolutionnaire qui envahit immédiatement le marché de l'ULM:

747_amoche

Au  début, il y eut encore quelques pannes au décollage, mais la légèreté encore relative de ces machines haut de gamme fit qu'elle furent sans dommages importants :

D'ailleurs, à cause de leur légèreté, certaines sortirent de la piste à cause du vent de travers, mais heureusement toujours sans gravité (la FFPLUM se réjouissait que la masse max au décollage soit limitée à 286 T avec passagers)

crash1

Ah, j'oubliais les ULM-chasse.imagefev03

Les avions de chasse ayant eux aussi disparus, ils seront remplacés vers 2061 par de nouveaux ULMs-chasse très économiques en carburant. Hélas, certains seront obligés de se vacher, jusqu'à ce que l'on remplace leurs vieux Rotax 582 par le nouveau Rotax-réacteur du civil.

Ici une "vache" sur une route de campagne qui s'est fort bien terminée.

Et puis, en 2076, les constructeurs, toujours aussi inventifs et prolifiques, sortirent de grandes nouveautés qui allaient encore faire progresser le mouvement ULM.

avions

Salon de Roissy 2076.

Et comme en ULM l'évolution des machines va très vite,

l'année suivante apparurent cette merveille d'emport :airbus1

très vite suivie par un multiaxe vraiment et absolument magnifique, promit à un avenir radieux (certains parlent de l'ULM du troisième millénaire),

j'ai nommé et j'ai l'honneur de vous présenter le :

0807landing1

CONCORDE-992ULSF

qui a fait son apparition publique pour le grand rassemblement revenu exceptionnellement à Blois pour fêter le "Centenaire" de l'ULMwonderful_concorde

.

Ici au décollage devant une foule enthousiaste. On dit que sur le Rassemblement il s'en serait commandé une trentaine !

Sobek